A la rencontre des réfugiés

Marichia

est allée à la rencontre des réfugiés qui se retrouvaient quotidiennement à la gare Centrale Termini de Rome avec l’espoir de leur redonner un peu de dignité et de les sortir de leur isolement. Grâce à sa détermination et son humanisme elle a convaincu une dizaine de réfugiés de se lancer dans la collecte et la transformation des déchets plastiques et papiers de Rome.

 

C’est la naissance en Août 2011 d’un “art migrant” au travers de Refugee Scart, une organisation humanitaire à but non lucratif, entièrement gérée par les réfugiés avec le soutien de Spiral Foundation. Refugee Scart a reçu le patronage du Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés. Une vingtaine de réfugiés travaillent aujourd’hui dans cette structure.

 

 

Marichia s’est donné pour objectif de :

  • Permettre aux réfugiés isolés, déracinés loin de leurs proches de retrouver un sentiment d’appartenance à une communauté et une estime de soi leur permettant d’entamer un processus d’intégration et de démarrer une nouvelle vie. Derrière chaque réfugié, il y a une histoire humaine touchante.
  • Contribuer à réduire les déchets plastiques et papiers à Rome et les recycler en créations originales. Refugee Scart a recyclé 15 tonnes de plastique (250 kg/mois) depuis sa création. Il apporte ainsi une contribution significative à la préservation de l’environnement du Centre historique de Rome. Une façon pour les réfugiés d’apporter leur contribution à la société italienne qui les a accueillis.
  • Permettre aux réfugiés de subvenir à leurs besoins (logement, nourriture…). Les ventes de Refugee Scart sont intégralement redistribuées à parts égales entre les réfugiés, leur procurant un revenu allant de 600 à 1000 euros/mois. De leur propre initiative, les réfugiés contribuent à un fonds de solidarité pour aider d’autres réfugiés en grandes difficultés.

La transformation des déchets en sacs:

C’est dans leur atelier mis à disposition par AMA Roma Spa, l’organisme de collecte des déchets, que les réfugiés artistes déploient leur créativité. Les sacs en plastique sont collectés quotidiennement par les réfugiés dans les poubelles de Rome et auprès des entreprises, magasins, … Marichia a mis en place un procédé unique : les sacs sont découpés en fines lanières et déposés sur une couche de plastique. Le passage du fer à repasser permet de faire adhérer les lanières sur le plastique. Un rouleau de pressing, donné par un hôtel, vient ensuite consolider le tout pour obtenir une matière première à partir de laquelle sont fabriqués des sacs à main, sacs de courses, sets de tables, pots à crayons, pochettes, trousses, lampadaires… Au gré de leur inspiration et de leur humeur, la créativité des réfugiés artisans et artistes s’exprime pour donner corps à tous ces objets.

Vues :(783)